Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 18:24
Ceci est un petit passage estival entre une semaine de croisière et juste avant la reprise du boulot. Laissez-vous transporter.

-------------

Tu essayes. Tu te dis pourquoi pas. Tu sais que d'autres ont essayé et que ça leur a plu.
Tu penses que tu pourrais y trouver ton compte. Tu y réfléchis quand même, bien que tu n'y songes pas toutes les minutes au départ.
Puis viens le moment où tu te lances. Les deux pieds joints, la tête la première. Et tu te laisses emporter.
Au final, tu ne sais plus trop d'où tu viens, ni où tu vas. Ce qui compte, c'est plus ton moment présent. Cet état second dans lequel tu te complais.

Tu te laisses parfois des moments de repos. Tu t'arrêtes, mais une fois que tu as commencé, tu y prends goût forcément. Ce qui te fais reprendre, tu recommences, c'est une spirale infinie dans laquelle tu t'es installé. Lors de ces moments intenses, tu oublies tout. A chaque fois que t'y reviens, tu recherches l'oubli.

Le bonheur dans lequel tu t'installes durant ces périodes est si fort que personne ne vient te l'enlever, personne ne peut réellement y arriver en fait. Tu prends le temps de te purifier de l'intérieur, et ton entourage apprécie de te voir aussi bien. Tes tracas ne prennent même pas l'état de souvenir, ils s'effacent.

Tu pars de six pieds sous terre pour arriver au septième ciel. Un ascenceur émotionnel unique en son genre. Pour atteindre ton but, cela peut prendre du temps comme cela peut arriver soudainement. Tu ne sais jamais, mais tu connais le moyen d'y arriver. Tu as ton rituel, tes habitudes qui t'y donnent accès.

Tu le fais découvrir à d'autres pour qu'ainsi continue la transmission de cette joie universelle que l'on peut tous se partager et dont tu es sûr qu'elle plaira.

Mais comme à chaque bonheur existe une peine, la fin est destructrice. Tu perds tes sens. Tu ne sais plus où tu en es. Tu regrettes d'avoir mis fin à ton bonheur. Tu aimerais tant pouvoir y retourner. Tu sais comment faire évidemment, mais le temps et le moment ne s'y prêtent pas.

Tu pleures de malheur en attendant la prochaine heure de ton bonheur.

-----------------

Est-ce qu'une auto-explication de texte viendrait tuer toute la splendeur de ce que je viens d'écrire?
Oui ce soir "20:56 03/08/2009" je suis satisfait de mon travail. C'est pas tous les jours, mais il faut croire que j'ai un tas de choses en tête qui m'aident à pondre ce genre de chef d'oeuvre.Ce bonheur est-il une chose particulière? Ou un groupement de choses que je peux avoir ou non? Des choses qui m'ont effectivement rendu heureux, et d'autres qui le pourraient sans doute. Au final, qu'importe la réponse à cette question, mettre le doigt sur ce qui peut/a pu me rendre heureux n'aidera peut-être pas d'autres personnes à se retrouver dans ce bonheur. Car chacun à notre manière, nous avons notre moyen d'accéder au bonheur. On sait ce qui nous rend heureux et ce qui pourrait nous aider à être heureux.

Si ce n'est pas encore le cas, c'est que votre jeunesse freine cet accès au bonheur. Vous ne connaissez pas encore suffisamment le monde qui vous entoure pour y trouver votre petit coin de paradis. Et je crois que personne ne pourra jamais atteindre le bonheur ultime, celui qui dure et ne cesse jamais. Car il existe tellement de choses sur Terre qu'il faut connaitre pour y arriver, que personne ne pourra atteindre cet accomplissement parfait. Les efforts peuvent payer, peuvent aider au cheminement vers ce bonheur ultime (inatteignable, notez-le bien).
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Bah dis-moi, je vais habiter avec le type le plus heureux sur Terre ! C'est toi qui feras l'optimiste cette année ? Et c'est moi qui dirai que tout part en vrille et ... Monde de Meeeerde ! lol a plus!
Répondre