Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 00:03

Il est des moments dans ta vie ou tu n'oses plus te poser de questions.
Tu t'en es posé un peu trop pendant une brève période. C'est comme si ton quota de questionnement était atteint. Malheureusement, tu sais que tu vas vite être obligé de t'y remettre. Et tu essayes de fuir seulement ça n'aide pas. Tu te recroquevilles sur toi-même en attendant que les choses passent, mais en même temps tu sais que l'échéance est proche.

Tu n'oses pas, tu fuis, mais tu dois te rendre à l'évidence: tu es une machine à penser. Ton cerveau à soif de réflexion. Il a faim de triturements incessants. Il veut des nuits passées sur un problème à résoudre. Il te veut actif!

Tu fuis car tu as peur des conséquences que cela pourrait avoir sur ta petite vie. Es-tu prêt ou pas à sacrifier des heures de ta vie pour penser?
Tu sai que tu en as été capable, et que si tu t'y remets, ça reviendra tout seul, suffit juste de savoir où commencer. Mais justement, si tu as peur, c'est qu'un domaine te tracasse. Ca coince entre les neurones. La solution n'est pas claire. L'hypothèse de départ t'est familière, l'anti-thèse t'enrage, mais la synthèse est trop floue, tu ne sais conclure sur de si faibles fondations.

Ta solution: crier au-secours et attendre de l'aide. Car tu ne veux pas t'y lancer seul. Tu n'es pas prêt.

Tu attends.
Partager cet article
Repost0

commentaires