Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 21:13

words.jpg

 

'Cause it's with words I like to play, nothing more, nothing less. They tell you a story, make your spirit travel, they make your mind think. They turn your brain upside down.

They help you change and remember.
Write a new page, read an old one.

Words can be soft and gentle, strong and painful at the same time.

Et pourquoi ne psa utiliser sa propre langue?

Manchmal sind Leute ängstlich mit Sprachen.
And that's a shame!

Regardez ce qu'on peut faire! On se mélange, on passe du coq à l'âne, de la grenouille au roast beef!

La question de l'utilisation de la langue revient souvent sur le tapis.

Je sais que j'écris beaucoup en anglais. Pourquoi? Aujourd'hui la réponse est simple: je vis en Angleterre, cette langue m'est donc omniprésente.
Oui, mais j'écrivais déjà beaucoup en anglais bien avant!
C'est vrai. Et ce n'est pas par mépris de la langue de Molière! Je n'ai jamais lu de Shakespeare, haha! J'ai aussi quelques écrits dans la langue de Goethe! Aucune honte!

Quand j'écris, c'est un échange direct entre les pensées et la "plume" (plus souvent un clavier je vous l'accorde).
Quand j'écris, je ne me force pas. C'est un flot continu de mots. Ils viennent comme ils viennent, dans une langue que je connais. Je n'ai pas la prétention de dire que je connais l'allemand, mais j'en sais suffisament pour qu'une partie de mes pensées l'utilise.

Je n'oublie pas le français. Je suis certain qu'il y a une véritable raison psychologique derrière la faible utilisation de cette langue. Comme la piètre opinion que j'ai de moi-même? Parler dans sa langue, c'est être capable de s'auto-juger avec un oeil affuté et connaisseur (pour l'expert que je suis... tututu vive la modestie haha!). Le manque de confiance en soi m'empêche d'être satisfait (ou du moins "hyper méga impressionné") de ce que j'écris. Utiliser une langue étrangère, même si elle l'est de moins en moins (elle le sera toujours), c'est un autre point de vue. Je ne suis pas expert, j'ai le droit de faire des erreurs, de ne pas varier mon langage autant que je le souhaiterai! (exactement mon problème avec le français...) Une langue est un pannel d'expressions, de vocabulaire, et surtout de concepts. Je me réfugie dans une langue étrangère lorsque je juge mon français trop faible comparé à ce pannel extraordinaire. Ce n'est même pas le regard de l'autre, c'est mon propre regard qui m'empêche d'être satisfait (voyez, exemple parfait, je réutilise mot pour mot une expression donnée avant...)
Vous me direz, ça se travaille! Mais j'ai pas envie de le travailler! J'ai pas envie d'écrire un livre.
J'ai toujours plaidé la liberté d'être mauvais, le droit à la connerie aussi! Dire de la merde sans prendre de précaution. Y aller comme un bourrin. N'est-ce pas ce que je réalise là, sous vos yeux?

Partager cet article
Repost0

commentaires