Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 04:44

L'envie.

L'envie d'apprendre et de voir le monde évoluer. Ce monde qui te semblait jusqu'alors inchangeable et hostile.

Tu prends le temps d'observer. C'est ta vie ça, l'observation. Qu'on t'observe toi, ça, tu n'aimes pas. Mais qui a dit que le monde était parfait ?

Tu as pris le temps d'observer et tu continues, au jour le jour, à voir le monde dans les yeux des enfants. L'insouciance enfantine. Le rêve et le jeu. L'amitié facile et fragile.

Un temps pour tout et chaque chose en son temps. Tu es mon amie ? Personne n'est mon ami ici. Bonne fin de semaine mon ami, je t'aime beaucoup!

 

Non, l'envie d'apprendre n'est pas si futile que cela. Elle est bel et bien observable dans les yeux d'un enfant. Il a soif. Il parle anglais mais il a soif. Il veut voir TON sourire quand il t'offre ces quelques mots de français langue de sa mère mais première langue étrangère... Et puis il y a les autres curieux, les curieux du monde. Pas seulement les curieux linguistiques. Ceux qui veulent savoir pourquoi on voit toutes les oies voler en même temps dans la même direction? Mais pourquoi aujourd'hui il y en a quelques unes qui volent dans la direction opposée des autres de la semaine dernière ?

Non mon ami, papa et maman ont un GPS, mais papa oie et maman oie n'en ont pas... Ça chauffe au nord ? Aïe aïe caramba ! Déboussolé! Le voici ton nouveau mot ma belle! Ton certificat de meilleure francophone de la semaine doit se mériter! (Et moi je peux t'offrir plus que de la science, les mots pour en parler !)

 

Le bonheur de l'accomplissement! Pourquoi doit-on avoir entre 3 et 5 ans pour être heureux d'un 'petit accomplissement' ? Que cela change-t-il d'en avoir 20 de plus ?

Ne basculons pas dans l'hypocrisie et de s'émerveiller pour un rien. Si c'est nul, on va peut-être pas le dire, mais on va pas laisser croire que Da Vinci se cache en toi ! Ah, la dérive anglo-saxone pour venir entacher les merveilles du monde... (et la dérive franco-Française pour fusiller sur place le moindre écart à la règle!)

 

Soyons raisonnable et sachons observer et se poser les bonnes questions. L'envie d'apprendre, ils ne sont pas les seuls à l'avoir! Chacun trouvera sa spécialité! J'aime bien comprendre l'évolution géopolitique d'un pays, mais le linguiste que je suis éprouve parfois des difficultés à assimiler une nouvelle langue. Ça n'en est pas moins intéressant d'observer (ce concept revient!) les faits similaires dans plusieurs langues étrangères mais que l'on ne retrouve pas dans la nôtre! Mais savoir pourquoi tant d'immigrants ont débarqué dans tel pays à telle époque me passionne tout autant!

Pardon, ma passion, c'est d'observer la soif d'apprendre de nos chères têtes blondes (quel idiome faux et à la limite de la xénophobie!!) Pas forcément de l'assouvir, mais des les aider à comprendre qu'ils peuvent trouver un moyen de l'assouvir par eux-mêmes, ça c'est le bonheur absolu! Poser des questions quand on te pose des questions. C'est ça la clef!

 

Mais pour pas que la clef déchante, il faut être au clair avec les savoirs et savoir-faire de la didactique.

 

Chers amis, bon courage, après 5 années (on pourrait dire 6 car je découvre de plus en plus que l'Angleterre m'est très utile au quotidien.) d'études, je passe mon temps à réfléchir à tout cela. Mais c'est normal, on savait à quoi s'attendre en se projetant dans cet univers fascinant.

 

Bon voyage, bon apprentissage.

Repost 0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 03:11

rire.png

Et tu la trouves allongée là. Les larmes aux yeux. Noyée dans un mélange de frustration et de tristesse. Comme une spirale infernale du regret, d'une mauvaise décision. Le refus d'accepter la voie qu'elle s'est tracée par dépit plus que par envie. Sa révolte personnelle intérieure qui fait surface une fois la pression relâchée.

 

Toi, en gentilhomme, tu prends sa main. La caresse. Lui glisse à l'oreille quelques mots emplis de douceur qui t'est si familière et qu'elle aime tellement.

Tu sèches ses larmes. La couvre de baisers si tendres qu'elle te serre fort dans ses bras.

 

Tu es là. Tu l'accompagnes et la comprends. Elle reconnait ton amour mais sombre petit à petit dans sa frustration trop profonde pour en sortir si facilement.

Tes qualités d'orateur, bien qu'outil idéal pour la séduire ne suffisent pas.

 

Tu persévères. Ton amour est plus fort qu'un ruisseau de larmes. Plein de ressources, tu trouves son salut dans ce qui t'est le plus propre. Ta stupide drôlerie.

C'est un sourire qui effacera sa misère du soir. Tu le sais mieux que personne: un rire vaut mieux que tous les discours du monde.

Tu essaye à tâtons. Tu ne veux pas la froisser encore plus.

 

Tu réussis! Ce succès est plus beau qu'un lever de soleil à Saint-tropez. Une nuée de lumière qui naît des tréfonds de son regret. La magie d'un sourire est si puissante qu'en l'espace d'un clin d'œil je l'ai accompagnée des larmes au rire.

 

Un éclat magnifique et sincère. Pur et doux. Heureux et merveilleux.

 

Une princesse sur son lit de désespoir se réveille et se révèle. Beauté d'un instant réfreiné.

L'amour est si fort que de toutes situations il nous sort.

Repost 0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 03:39

Paysages.Autres-1112.jpg

The sweet sound of your voice is calming the world down.

One by one, people stop and listen to you.

Soft words of hope for a brighter future.

Little by little, you bring light around us.

In the blue of your eyes we can see the clear sky above us.

The touch of your finger can replace all magic wands.

Your laughter and your smile make the world a better place.

One minute with you is a year of joy.

One minute without you is a decade of sadness.

 

Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 04:55

Feelings.

 

Rise of Day - Before everthing changes [Long Way Until The Return - 2010]

Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 08:43

courant.jpg

C'est un petit dur d'aller à contre-courant, surtout lorsque l'on n'y est pas totalement.

 

Oui je parle de ce grand bonhomme qui, parait-il, a une certaine classe. Je ne sais pas ce que c'est que la classe, ce n'est ni dans mon vocabulaire, ni dans mon style de vie. Mais soit, ce n'est pas le vif du sujet.

 

Ce grand bonhomme a été réélu à la tête d'un énorme pays, plein de ressources et plein de gens. Ce grand bonhomme se soucie de ces/ses gens et aussi de ces/ses ressources. C'est sans doute tant mieux pour eux!

 

Mais qui suis-je, moi, au milieu de tout cela?

Un petit Français, citoyen de la République Française. Une si belle démocratie. (Ah, oui, chez nous on est à la fois démocrate et républicain, c'est juste un savoir vivre et ce qui tient notre pays bien droit!)

Moi, j'ai voté en mai dernier pour choisir un président. Avec les autres Français, on a décidé qui allait nous représenter pendant les cinq prochaines années. Puis peu après, on a, chacun dans nos contrées retirées en France, élu des députés. Ces braves gens que nous payons par le biais de nos impôts pour nous représenter à l'Assemblée Nationale, proposent, débattent et votent des lois qui seront ajoutées à toutes les autres qui régissent la vie dans notre société qu'est notre si beau pays, la France!

Vous savez, je vis à l'étranger cette année. Et j'ai la chance de parler de mon pays, d'en dire tout le bien que j'en pense, d'en vanter les mérites, de casser certains stéréotypes, de jouer sur d'autres pour amuser nos cousins d'autres cultures et d'autres origines. Les amuser et les intéresser, les fasciner même, parfois. Leur montrer que, chez nous, tout n'est pas Global buisness ou Electronic commerce, entertainment, Wall Street Nasdaq ou CAC40, ni Coca-Cola-McDonalds-Subway-Starbucks et tous leurs amis qui leur remplissent l'estomac à tout va (et à toute heure).

Je ne sais pas si vous pouvez l'imaginer, mais on fait des envieux! Oui, certains Nord-Américains s'en rendent bien compte, la culture n'est pas toujours leur point fort! Ils tentent de se rattraper comme ils peuvent. Ils essayent tant bien que mal. Mais comme d'habitude, ils se font manger tout cru pour la masse imposante des suiveurs. Ceux qui s'installent dans la complaisance et se content de ce qui leur est proposé.

 

Non, au milieu de cette grande élection planétaire, moi, petit Français, je ne suis rien. Je n'appartiens pas à cette gigantesque nation. Gigantesque de par sa taille et la superficie de son territoire. Mais tellement petite dans son humilité. Quel pays, quel dirigeant en Europe serait capable, un seul instant, de prétendre que notre Union est la plus Grande Puissance du monde ?

Aucun! Mais pourquoi ? Parce que notre Union ne serait-elle pas si grande que cela ? NON! Parce que nous ne cherchons pas à vaincre et à écraser les autres. Parce que la grandeur n'est pas un adjectif qualitatif (lis bien ce mot cher lecteur...).

La prétention est un vilain défaut que les grands de ce monde se doivent d'abandonner. La sagesse est d'or pour celui qui ne prétend la grandeur. (oui c'est de moi, et c'est plutôt mauvais je trouve).

 

Alors non, chers compatriotes Français, cette élection ne nous concerne pas! La nôtre était un peu plus tôt cette année et je suis désolé si vous l'avez manquée.

Barack Obama n'est pas mon président. Normal, je suis Français.

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 06:00

What's that sound buzzing through your ears?

 190304 10150169137861081 549861080 8531691 1053580 n

Have you ever felt that before?

When your entire mind, your entire self, your persona, became unfamiliar.

When you don't recognize yourself in the mirror.

When your actions do not match what you've always done.

 

Are you pleased? Are you afraid of what might happen next? Are you looking for a way out? Are you waiting for a particular event that might put things back to normal? Are you just living with what the day comes to offer?

 

A new beginning, a fresh start. The right time to make a change in your life. They will say this to you. They will encourage you to see the potential of that big moment.

They will tell you how much lucky you are. You will probably believe them, and you have every right to do so. (And who am I to tell you that, even...).

 

But who's in control? Who's mastering your every move? Are you? Does it matter really?

 

So what about that sound buzzing through your ears? Would you think it tries to tell you something? Would you look for a meaning in everything that surrounds you?

 

Or just get on with your life, however it is?

Repost 0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 22:18

thumb-brain.jpg

Quel est ce nouveau dictat ? 

Vous savez bien duquel je parle. Celui qui vous dit de vivre votre vie à fond, de profiter un max, de bouger, de voyager, d'aller vers les autres.

 

Mais qui sont ces gens qui savent mieux que vous ce qui vous plait dans la vie?

Quelle vie vivent-ils ? La vôtre ? Que savent-ils de ce qui vous convient le mieux ?

 

C'est exaspérant cette dictature du "bouge toi pour profiter". Comme si le calme et la lenteur de l'instant présent n'étaient pas suffisants. Toujours ce même rythme effréné. On veut vous faire courir, on veut tout simplement vous faire FAIRE! Et si on s'arrêtait ensemble deux ou trois minutes le temps de réfléchir à cela?

 

C'est la première fois que j'en parle ici mais c'est une réflexion commencée il y a un moment.

Les gens sont tous similaires dans leurs différences! Nous sommes tous les mêmes: uniques!

Les goûts et les couleurs! La beauté n'est jamais un concept universel! Tout le monde ne trouve pas Angelina Jolie mignonne (moi le premier).

 

Alors POURQUOI est-ce qu'on veut que tout le monde s'active pour profiter de la vie?

Je le vois bien le bon Monsieur Dupont, champion d'échec. Le matin, il allume son Ipad (oui, il est à la mode, le pauvre...) et lance son application favorite "check-mate" (ou échec et mat en français) pour se connecter et rejoindre des serveurs de jeu où il peut affronter les meilleurs joueurs mondiaux. Chacun chez soi. Et bien vous savez quoi? Notre bon Monsieur Dupont, il n'a pas besoin de se bouger pour profiter de sa vie! Il aime les échecs, il joue aux échecs! C'est aussi simple que cela!

 

L'important n'est pas de bouger, d'aller à l'autre bout du monde, pour profiter de LA vie. L'important, c'est de vivre SA vie. On fait ses propres choix. On peut être aidé bien sûr!!! On peut même avoir cette envie folle de partir vivre dans un pays très différent du sien! Vos choix font votre vie. Vos plaisirs font vos joies.

 

Ce discours est probablement très individualiste. Mais aider les autres n'est pas toujours facile pour tous. Échanger avec nos semblables n'est pas non plus une activité que tout le monde est vraiment doué à faire. Chacun sa force. Tous ensemble nous arriverons à leur faire comprendre que passer sa journée devant une télé ou un écran d'ordinateur, ce n'est pas le mal absolu. Tant que l'on fait ce que l'on aime.

 

Je vous salue, rares lecteurs.

Repost 0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 06:18

mysunset

On ne s'arrete que tres rarement pour ecouter. Rien qu'un instant. Le temps de ne plus rien produire, mais d'etre l'unique spectateur d'un si bref evenement que le bruit, le son. Comme s'il etait trop insignifiant pour nous. Qu'il ne merite pas notre attention.

Parfois, on apprecie la beaute d'un ensemble de sons mis bout a bout. Ils forment une nouvelle harmonie.

 

J'avais envie ici d'exprimer quelque chose qui ne prend une forme que trop maladroite. Mais la musique parle d'elle-meme. Si l'on s'arrete le temps qu'elle impregne nos oreilles et que le vide soit fait tout autour de nous.

 

Chers lecteurs, profitez de cet instant musical.

 

Explosions In the Sky - Human Qualities - [Take Care Take Care Take Care-2011]


 
Repost 0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 19:09

money.jpg

A l’école on apprend : le social-communisme, c’est le goulag.

Fâchés de payer des impôts : c’est un art de vivre. Un élément culturel tout à fait français.  C’est  d’utilité publique de ne pas aimer payer des impôts. Si on ose dire : « oui, je suis CONTENT de payer des impôts » de suite, on est pris pour un fou, un déjanté. Comme s’il était inconcevable d’accepter payer des impôts.

Imposer.

C’est vraiment LE mot détesté des Français. Non, on n’aime pas vraiment que l’on nous impose quoi que ce soit. Des droits, des droits, toujours des droits. Des devoirs ? Non mais vous rigolez ?!?

Mais, que s’est-il passé chez nos concitoyens Français ? Que leur est-il arrivé ? Ont-ils simplement oublié les véritables VALEURS de la République Française ?

La Liberté, l’Egalité, la Fraternité !

Bon, OK, le premier, on peut dire qu’on aimerait bien en avoir plus. Mais tant qu’on est libre de Penser, d’exprimer sa Pensée (sans outrager !), c’est le plus beau cadeau que nous fait notre République !

L’Egalité. C’est quoi ? C’est la parité Femmes-Hommes (ah, ça vous surprend de le voir écrit comme ça hein ?!) qui se dessine petit à petit. C’est l’absence de privilèges ! Nous sommes tous tenus de suivre les mêmes lois (les Hauts Fonctionnaires de notre Etat enfreignent parfois les règles en roulant un peu vite pour aller à un rendez-vous éloigné… c’est dommageable, certes, mais leur Fonction anormale nécessite parfois des comportements anormaux, quoi qu’ils en disent…). C’est l’Egalité des chances ! Les MEMES Droits pour TOUS ! De rouler sur des routes goudronnées, de se soigner, de se former !

Le troisième, et pas des moindres ! La Fraternité. Qu’est-ce que cela signifie ? C’est sûrement ce point essentiel que les rageurs imposés semblent avoir oublié. C’est tout de même regrettable. La Fraternité, c’est mettre des sous dans un pot, pour que l’Etat pioche et finance ainsi le fonctionnement de NOTRE Société. Ah, ouiiii !!! Hé oui ! La Solidarité quoi ! Ce gros mot qui, lorsque je le scande, on me prend pour un socialo-communiste de l’extrême, un envoyeur aux goulags. La Fraternité. Ce n’est pas voler aux riches pour donner aux pauvres. C’est tout le monde participe à notre vie commune et partagée.

Finalement, les gens qui gagnent vraiment beaucoup d’argent ne sont pas contents car ils fournissent plus à notre Société que les autres. Mais, que leur reste-t-il lorsqu’ils ont été imposés ? Vont-ils hésités entre manger des pâtes ou ne pas manger le soir venu ?

Individualisation de la société avez-vous dit ?....

Dans la vraie vie on se rend compte : le capitalisme, c’est marche ou crève.

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 22:47

On taillade-on transperce-on déchire-on découpe.

A croire qu'elle aime.

C'est à croire qu'elle aime te voir souffrir.
T'observer mourir à petit peu. T'éteindre.
Perdre ta splendeur et ton énergie d'antant.

Un brin de sadisme dans son regard.

La souffrance des uns fait l'indifférence des autres.

Le bonheur rend aveugle.

Tu es banal mon cher. La banalité te rend invisible.
Triste sort d'une redescente terrestre.

Hâché menu, 
tu la contemples une dernière fois. 
Elle fait déjà partie de ton passé,
d'un temps révolu.

Cette page qui tarde à se tourner,
c'est comme un hiver sans neige ou un été sous la pluie;
le vide; l'absence; le manque.

Repost 0