Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 22:41

vol

 

Hate. Disgust. Rage.

Love. Beauty. Dream.


Isn't there a point where, you can't see the difference between antonyms? Your life is so boring that there is just a line of emptiness, I'd even say nothingness (pure english speakers would kill me for that neologism)

Tu aimes et tu détestes. Tu agis, tu réagis. Tu dors, tu manges. Tu joues et déjoues.

Tu t'emmerdes et t'emmerdes.

Tu déplies et replies.

Tu ne te donnes aucun répis.

Tu jettes et tu rejettes.

Tu attaches et détaches.

Tu perçois et perds toi.


T'emmerdes les gens qui se démerdent.

Tu te replies car rien ne se remplie.
De vide tu fais des emplettes
Mais demain tu déjectes...


Tu la détestes et tu l'adores.
Tu lui fais voir les plus beaux décors.
Mais tout ce qui reste, c'est c't'odeur qui empeste,
Celle qui te dis que tout ne reste,
qu'un moment, juste une heure.

Une heure.
Une heure ou deux, c'est pareil
Il ne t'en reste que pour tes oreilles,
Ces belles paroles font cas d'école.


Tu perçois et te perds toi.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 02:09

 

 Disturbing mind with thoughts messing with your head.

Ideas running memory passing questions asking.

You fall, deep down into a rabbit hole.
You wake up in wonderland, your head empty.

You tend to lose you get to choose
No time for booze, wake up and move.

You get away with what's left to say
Miserable, black and grey.

Tu n'en reviens pas de tout ça.
Tu t'oublies, tu t'enfuis.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 17:11

190304_10150169137861081_549861080_8531691_1053580_n.jpg

http://www.flickr.com/photos/tonantzin87/5519296491/ 

 

Au fond, qu'est-ce qui nous attend à chaque coin de rue?

Une lumière, un croisement.
Des rencontres, des joies.
Des opportunités, un nouvel univers.

C'est un ensemble d'inattendus cachés par ces coins de rue.

Tantôt heureux,
Tantôt malheureux.
Tantôt super,
Tantôt éphémère.
Tantôt magique,
Tantôt utopique.

Tout ce qu'on recherche en fait, c'est de sortir de cette bulle qui nous contracte qui nous comprime, nous étouffe et nous emprisonne.

Et toujours plus vite! Encore plus vite! Pas le temps! PAS le temps! PAS, LE, TEMPS! PAS LE TEMPS PAS L'TEMPS PAS L'TEMPS!

On veut s'échapper là-tout-d'-suite-maintenant. Pas dans une heure ou deux. Non, non, NON! on est trop impatient de ne pas perdre son temps! Tu prends tout par vitesse, tu bâcle et puis basta. Hop hop hop on dégage et PLUS VITE QUE çA!

C'est moche.
On s'asseyerait. Le temps d'un verre ou deux, ou plus si affinités de bouteille. On se sent seul mais on contemple. Un oeil nouveau. Comme un poisson qui sort de son bocal, on explore en suivant la vague. Pas besoin de nager, t'es au courant de tout.

De tout de rien, de près de loin.
Et il tourne.

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 16:02

Sans titre

 

It's good to be home.
Good to come back and find that just a few little things have changed.
You open the door and most things are at their own old place. A plastic bag, a pen,  an alarm clock, a ball, nothing has changed.
You come back, with your luggage of life, your head full of memories and things to come, and for a moment, everything stops.
You are lost in the space-time continuum.

You look left, you look right.
Up in the air, you take a breath.
You feel good. You enjoy.

It doesn't last long...

Bonheur éphémère d'un retour en France....

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 01:10

desert.jpg

 

Tu ne lui laisses pas vraiment le choix il faut dire.
Il faut dire, il faut le dire, il faut lui dire.
S'il savait, s'il le savait!
Ton égoïsme parle?
Ou bien alors tu as peur.
En tout cas tu le détruis.

Un jour il volera de ses propres ailes tu te dis.
As-tu bien vu? Les as-tu bien vu ses ailes déplumées?
Tu ne lui laisses pas le choix non.

Il ne sait pas, il ne sait pas, il ne le sait pas.
Rien ne reflète quand l'eau est troublée.
Tout ce qu'il voit c'est l'image de toi, celle d'hier ou d'aujourd'hui.
Mais demain?
Et bien quoi demain?
Deux mains! Deux mains l'une dans l'autre qui se serrent et se déserrent, dessert?
Désert! C'est le désert! Son désert! Mais son désir! Son désir à ne pas fuir non, à ne pas fuir, mais à satisfaire, à satisfaire pour mieux continuer, mieux continuer et enfin commencer.

Partager cet article
Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 20:14

sundown.jpg

 

Feeling the wind

Watching your hair of gold floating away.

 

We are smiling

Dreaming of better days.

 

Hand in hand, feet on the sand

No glories, no worries.

 

Just ourselves lost in this dark cold night

Nothing to hear but the waves smashing our troubles away

Nothing to see but your eyes shining upon our misery.

 

 

Je pense que je me dois de dire que

la photo ne vient pas de moi.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 00:12

road.jpg

 

Opportunities missed.

Lights turning off.

Stop signs on the way.

Négationnisme intempéré.

Joie des heures sombres.

Un pluriel si singulier.

Des heures perdues.

Dreaming of nothing.

Losing your mind.

Un visage, un éclair.
Une minute, trois quarts d'heure.
Des yeux, un sourire.

Un lointain souvenir.

Une envie d'air pur.

Une autoroute à contresens.

Un coin de rue, un croisement.
Une baguette et deux croissants.

Une boussole sans aiguille.
La lune sans la nuit.

Le vent dans tes cheveux.
Ton minois silencieux.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 15:52
 

 

Mother Earth is pregnant for the third time
For y'all have knocked her up.
I have tasted the maggots in the mind of the universe
I was not offended
For I knew I had to rise above it all
Or drown in my own shit.

Come on Maggot Brain
Go on Maggot Brain

---------------------------------------------------------

 

Et tu te sens transpirer/transporté/transcandé/transe sans dé.

Tu t'arrêtes, tu observes. Tu respires, tu humes. Tu profites.
Tu t'en vas, tu bouges, tu reviens, tu t'arrêtes un instant, tout ça pour mieux repartir.

Tu décolles, tu y vas. Tu visites, tu voyages, tu découvres.
Tu te sens plus fort, plus capable, grandis.

Tu sens cette boule au fond du ventre qui se forme comme pour venir te montrer qu'en réalité, tu es tracassé.
Un son, une musique, ou une simple parole te transpercent et font de toi la personne la plus vulnérable de cette Terre, notre Mère à tous.

Et puis tu ouvres ta boite magique, celle qui t'enlève tous tes soucis. Tu pioches dedans sans vraiment faire attention.
Tu t'arrêtes, tu prends un miroir et tu te regardes.
Tu te poses des questions. Comment est-ce possible? Pourquoi moi?

 

La vie est une douce musique avec laquelle on s'accorde. On suit ses variations entre l'aigu du clairon et le grave de la grosse caisse. 
On parcours les lignes de partitions entre croches, pauses et capo.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 23:18

 

 

Because we're not fighting for the survival of the human race.
No, we're fighting to keep alive our mother of all: The Earth.

We're not planting trees to alleviate our pollution.
We are preserving our nature, our source of life, not our life!

We need to take care of her, be her friend, never let her down, support her whatever it takes.

We need not to destroy what she gives to us and keep fighting for her.

 

This is for you, beautiful friend.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 15:56

Passion and tears.
Happiness and anger.

And again, you've lost your way, you're lost in time, behind space.

Always looking for the right compass to guide you into the wider sea
Your boat isn't sinking but the captain is drawning.

Look around and see the lighthouse of the nearest land.
Your eyes are weakened and the light is too far.
You are blind and hopeless.

Scream for help.
You've spent your life screaming.
You are mute and tired.

The next day you wake up
You're back in the real world
Ready to wipe your mind and forget everything.
Forget the failure, forget the past.

Not enough to concentrate and focus on anything
You're flabby and inhuman.

Good for the bin.

 

 

 

I channel the pain through this, the paper, the pen, your eyes.

To stare into what's next, it frightens me.

No control, no reward. 

Partager cet article
Repost0