Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 21:46

fantome.gif

See how it's like to disapear.
One minute you're here, the moment after? 'POUF'

You find yourself fading away becoming the ghost you've always been. You tried to be here, to just BE, but nothing really matters at the end.
You're the ghost of your own life.
Following the outside light guiding your day.

You don't live, you survive.
You don't enjoy anything, you try to stay up until the end of day.

What about tomorrow? How is it gonna be? Another day another life?

This is a ghost life.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 00:55

sun.jpgMother Nature, I am grateful to you today.
You give me your strength and your beauty to fight.
Your power makes me feel alive.
Your sounds are like a soft song playing in my head, showing me how safe I am to live on your lands.
I am grateful to you because you share your feelings. You wake me every morning with your bright lights through my window. You sing to me with your wind on the leaves. You play to me your greatest show with all your colours outside.
You lead me through days and nights, good or bad. No matter what happens, you're always there for me. Putting me away from my darkest thoughts and guiding me to the right path.
I am grateful to you today as well as any other day. I am now showing my love to you to help me through this night. Your rain and wind of your anger against your enemies increase my own deepest anger. I want to hate, I want to scream, I want to run away from here. Get back to her, softest hair, skin and eyes ever. The beauty of my day who is now so far away.
Give me a sign, give me hope, that I will find a new way to have a better life.
I send my love to you, my sweetest Mother Earth.

Partager cet article
Repost0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 22:46

Partir, où?

Revenir, quand?

Perdu-lost-verloren.

Ton baluchon, ton histoire. Tu le poses pour reprendre ton souffle. Il explose en touchant le sol. Tout s'éparpille.
T'as l'air d'un con. Ta boussole est cassée. T'as perdu tes papiers.

Tu cherches. Tu ne sais pas trop quoi mais tu cherches. Tes affaires prennent la pluie qui ruissellent sur tes cheveux.
T'es trempé jusqu'aux pieds. Rassembler ton histoire et continuer, c'est pas comme si tu pouvais gagner.
T'as perdu, t'es perdu.

Tu vas faire quoi? Rentrer chez toi?

C'est où? quand personne n'est là...

------------

Post-Scriptum: Merci aux délurés d'esprit qui ne comprennent pas plus que moi cette 'piece of shit' qui vient de couler de mon clavier. Des mots qui s'enchevêtrent. Ils essayent de faire sens tous ensemble, mais leur guide est impuissant. Il y a comme un trop-plein de vide au bout de l'infini.
Et puis aussi, je ne vous conseille pas d'écouter John Frusciante quand vous n'avez comme unique compagnon que les murs blancs de votre maison; sinon en temps normal, si, écoutez! Sans oublier aucun album, y compris les plus sombres et déjantés... ceux que je n'aurais surement pas du écouter.

Aller, va dans l'métro l'ananas!

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 01:14

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs221.snc3/20869_409591129060_796614060_4252113_716960_n.jpg

Quand tu sens que ta vie commence...

T'es capable de parler trois langues dans une conversation. Tu vis à l'étranger et t'apprends.

T'apprends quoi? T'apprends la vie. T'apprends des langues et des cultures. Tu te lèves Français, tu passes la journée Allemand et tu fais la bringue Anglais.

Tu comprends que la Terre tourne et qu'à chaque coin de rue un étranger t'attend avec sa langue, sa culture et son histoire.

T'es heureux ta journée est remplie de neuf, et quand vient le soir et le noir, tu penses en trois langues.

Ta boussole, c'est parfois une bouteille d'alcool, ou bien un dictionnaire. Manque de bol, tu peux toujours tomber par terre.

T'as des racines et des attaches. Comme ces amarres fixées à tribord tu sais qu'elles sont toujours là.

Ton identité? Elle est multicolore! Et le reste? C'est pour demain même s'il y a toujours un côté obscur.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 13:57

Toi.

La douceur de tes mains qui glissent sur mon dos.
L'odeur et la souplesse de tes cheveux si beaux.

Ta présence à mes côtés
Et ton sourire... ton sourire révèle une aura de jovialité si pure et intense qu'il met tous les maux six pieds sous terre.

Tes yeux. Cette couleur magnifique. Ce regard à la fois profond et plein de malice. J'en fonds.

Les traits de ton visage et la finesse de ton corps dégagent une féminité des plus sensuelles. De quoi rendre la vue aux aveugles.

Avec ta gentillesse et ta sagesse d'esprit, tu rends ce monde meilleur.

Avec tes élucubrations déjantées, tu me fais rire aux éclats et j'aime ça.

Parce que ça, c'est vraiment toi ! (oh le plagiat!)

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 03:43

On se demande, on doute on ne sait pas. On hésite, on regarde.
On fait un choix les yeux bandés.

On est content. Pendant un temps.

Le temps passe et on se lasse.

Ces vers sont pourris et reflète bien cet esprit,
perdu et sans repère comme ce foutu réverbère qui n'a plus sa lumière.

On ne comprends rien et pourtant c'est déjà la fin.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 23:11

Troubled heart, troubled mind
I've got a trouble soul
Wishing to find a goal
Hoping it never dies.

On ne se retourne pas.
On ne se retourne pas, on ne part jamais vraiment.
On EST toujours à plusieurs endroits.
La tête, le coeur, le corps.

L'esprit se balade, il suit le coeur, il suit le corps. L'esprit ne se repose jamais dans la tête du vagabond. Il court, suit un premier chemin. Il y fonce, se prend des murs. Il fuit parfois. Il tourne en rond. Il se nourrit de ce qu'il trouve. Il s'en contente.

Ses pas ne laissent pas de traces. Il passe.

Seul son point de départ reste son port d'attache. Partout où il va jamais ne repasse.

Il n'emporte rien mais se souvient de tout.

Son coeur lui rappelle son bonheur. Son esprit se promène dans ces instants de bohème.

Ces trois organes forment le tryptique de sa vie. Il jongle dans son propre espace-temps multi-dimensionnel. Il est ici, là-bas, partout à la fois. 

Mais dans tous les cas, il pense à toi.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 11:08

nej.jpg

 

Et train,

étreintes Andes y'a blé.

Diable et marées, marécage d'escalier, étage à lier, palier pas lier mais fou à lier.

Campagnes et champ d'blé, panier fourré pas niais, sans diable et forêts denses endiablées.

Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 19:24
Me and 'U'
eye.jpg
Useless & Uninteresting
Unambitious & Unaccompanied
Undeceive & Unapproachable
Unbidden & Unappealing
Uncanny & Unattractive
Unbearable & Uncertain
Uncivilized & Uncontrollable
Undecided & Uncomfortable
Unenthusiastic & Unendurable
Unfashionable & Unexciting
Unfit & Unforgivable
Ungrateful & Unholy
Unhelpful & Unfriendly
Unfamiliar & Unkind
Uninspired & Unlit
Unknown & Unlikable
Unoppened & Unorganized
Unnamed & Unoriginal
Unscrupulous & Unpleasant
Unpredictable & Unqualified
Unsightly & Unsaleable
Unsatisfactory & Unreasonable
Unsympathetic & Unsuccessful
Unwanted & Unsure
Untouchable & Unwelcome
Unworthy & Untranslatable.


-------------------------------------------

J'actualise ici un texte écrit en mars 2009. Le titre était: U & U . Je trouve que celui-ci va mieux. Mais ça me donne une nouvelle idée sur laquelle je vais me pencher sous peu.
Partager cet article
Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:18

Photos-de-Paysages--42-.JPG


Inhibition, inanition
is there a place in this nation
for a little consolation?
Always getting high
to a point of no return
where angels can fly
and nothing can burn.
Yesterday, today, tomorrow
always living in this circle
escaping a land of sorrow
Dying to find a new circle
---------------------------------------
MY heart leaps up when I behold  
  A rainbow in the sky:  
So was it when my life began,  
  So is it now I am a man,  
So be it when I shall grow old
    Or let me die!  
The child is father of the man:  
And I could wish my days to be  
Bound each to each by natural piety.
1802, William Wordsworth
Partager cet article
Repost0