Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 00:21

thumb-4.jpg

Prends l'air.


L'air de quoi? l'air de rien.
L'air de cet atmosphère tant éphémère.
L'air du jour où tout va bien.
L'air d'un meilleur lendemain.
L'air étouffant de réalité.
L'air pour tout changer.
L'air plein de tristesse, que tu caches dans cette tendresse.
L'air joyeux derrière cet air heureux.
L'air sans envie.
L'air où t'oublie.
L'air où tout casse.
L'air que tu brasses, parce que finalement t'as bien:
L'air bête de rester sur ta faim, pense à:
L'air que t'auras demain.
L'air de rien.
Partager cet article
Repost0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 23:48
La raison démesurée.
 
echelle
C'est comme un yahourt zéro pour cent rempli de miel.
C'est comme des égouts nettoyés.
C'est comme des articles soldés 101 pour cent.
C'est comme respirer sous l'eau.
C'est comme marcher sur mars.
C'est comme ressusciter.
Y'en a qui mangent 300 grammes de viande par repas.
Y'en a qui tentent de protéger leur rivière.
Y'en a qui vivent dans la cordillère des Andes.
Y'en a qui réfléchissent trop.
Y'en a qui dorment pas assez.
Y'en a qui n'en ont que faire.
Ils préfèrent écrire sur les murs et cracher par terre.
Ils préfèrent brûler des voitures.
Ils préfèrent s'enfermer dans leur misère.
Ils préfèrent s'enfuir.
Ils préfèrent oublier.
Ils préfèrent voyager.
Ne leur en demandez pas trop,
C'est leur raison démesurée.


















"Diagonales perdues
Et des droites au hasard
"
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 02:01
storm.JPG
Y'en a qui auraient dit: I wanna destroy.
D'autres disent: zerstören.
Nous autres francophones on dit: "jvais tout péter".

Mais pourquoi? Quelle est la source du problème?
T'es pas bien? Qu'est-ce qui t'arrive?

Et bien ça arrive.
Une overdose d'inutilité.
Un sentiment de non-appartenance.
Inadapté au moule. (remarquez que ya mieux que les moules...)

On cherche.
On aperçoit une lumière au loin.
Un feu de cheminée qui brûle notre solitude.
On s'approche, et 'flop', tout disparait.
On tombe. On rampe quelques temps.

Levé difficile.
On se dit qu'on n'est pas fait pour ça.
On s'en va sans trop savoir vers où.
On erre.
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 22:20


Hé dis, tu t'souviens?
Tu t'souviens du p'tit bonhomme qui connait pas son ch'min?
Hé bien il s'est perdu!
Il a cru bon de suivre le chant des zoiseaux
Not' bonhomme s'est retrouvé dans une clairière
Il a tourné en rond et cherché les zoiseaux.
Rien à faire le p'tit bonhomme se perd.
On l'avait pourtant prév'nu!
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:45
et puis on se rend compte qu'on se trompe peut-être...

que malgré tout, ces gens-là sont peut-être pas comme on le pense. Et on se dit qu'en prenant un peu sur soi, qu'en faisant un léger effort, il y a peut-être une lumière derriere ce mur d'insanités. Mais n'exagérons rien, on reste au conditionnel. On ne sait pas, on attend de voir, un peu comme pour tout d'ailleurs... On préfère attendre de voir que d'agir... Parfois on le regrette, parfois on se dit que ça s'arrange mieux comme ça.
Dans tous les cas, on passe notre vie à attendre la mort pour voir comment ça sera. On ne sait pas, on attend de voir.

mais jvoulais pas forcément parler de la mort. juste des gens ça c'est sûr. on se dit qu'une gentillesse ou deux ça peut aider à se sentir mieux.

-----

et puis il y a s/c-es yeux. Plus que ses yeux c'est un regard. Du velours en puissance. Un parquet chaud qui claque quand on marche dessus. de la douceur dynamique. Pas d'ennui juste des sourires. On s'y perd dans ces yeux tellement il y a de choses à voir et de planètes à explorer.
tu ne sais pas qui je suis je sais à peine qui tu es. mais tes yeux me parlent et me racontent ton histoire.
derrière la lune il y a le soleil, au fond de tes yeux cette lumière explosive. je ne sais que dire, tu ne sais te taire.
sur un même chemin mais une route différente, je partage tes craintes et connais tes peurs.

douceur dynamique.
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 22:40


And that's some pair of eyes.
Those deep looking eyes.
I saw a glimpse of kindness into those eyes.

I won't believe that it was meant for me.
None put their look upon me.
Cause i'm nothing but a tree.
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 23:44

Every little trace of light inside of me is fading away.
I feel like i'm losing myself in the shadow.

None's alive around. Only death and anger.
Crying and shouting against the wall of ice that i became.

Should i hate myself for what i've become?
Is there someone to blame?

For all i know, it's just me but you should talk to me.
You should make me feel again.
You have a strong power in your hand that could restore every damage in my brain.
You probably don't know it... of course, i wouldn't be in that shape if you knew.

Your smile, your eyes, your voice, your hair: YOU.

Don't feel like i'm going out of there by myself.
Here i stand waiting for you. For how long?...
Well if you need anything, just let me know, i'll be waiting here for you.

Maybe you're afraid of what you can't see. My sweet shadow is scaring you.
Don't lose hope on me, i'm begging you please, shut those stupid thoughts and talk to me, like you know how to do.
So soft and sweet. Like the Great North's wind on the ice. Like your hand on my face.
See me, talk to me, feel me.
Partager cet article
Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 18:24
Ceci est un petit passage estival entre une semaine de croisière et juste avant la reprise du boulot. Laissez-vous transporter.

-------------

Tu essayes. Tu te dis pourquoi pas. Tu sais que d'autres ont essayé et que ça leur a plu.
Tu penses que tu pourrais y trouver ton compte. Tu y réfléchis quand même, bien que tu n'y songes pas toutes les minutes au départ.
Puis viens le moment où tu te lances. Les deux pieds joints, la tête la première. Et tu te laisses emporter.
Au final, tu ne sais plus trop d'où tu viens, ni où tu vas. Ce qui compte, c'est plus ton moment présent. Cet état second dans lequel tu te complais.

Tu te laisses parfois des moments de repos. Tu t'arrêtes, mais une fois que tu as commencé, tu y prends goût forcément. Ce qui te fais reprendre, tu recommences, c'est une spirale infinie dans laquelle tu t'es installé. Lors de ces moments intenses, tu oublies tout. A chaque fois que t'y reviens, tu recherches l'oubli.

Le bonheur dans lequel tu t'installes durant ces périodes est si fort que personne ne vient te l'enlever, personne ne peut réellement y arriver en fait. Tu prends le temps de te purifier de l'intérieur, et ton entourage apprécie de te voir aussi bien. Tes tracas ne prennent même pas l'état de souvenir, ils s'effacent.

Tu pars de six pieds sous terre pour arriver au septième ciel. Un ascenceur émotionnel unique en son genre. Pour atteindre ton but, cela peut prendre du temps comme cela peut arriver soudainement. Tu ne sais jamais, mais tu connais le moyen d'y arriver. Tu as ton rituel, tes habitudes qui t'y donnent accès.

Tu le fais découvrir à d'autres pour qu'ainsi continue la transmission de cette joie universelle que l'on peut tous se partager et dont tu es sûr qu'elle plaira.

Mais comme à chaque bonheur existe une peine, la fin est destructrice. Tu perds tes sens. Tu ne sais plus où tu en es. Tu regrettes d'avoir mis fin à ton bonheur. Tu aimerais tant pouvoir y retourner. Tu sais comment faire évidemment, mais le temps et le moment ne s'y prêtent pas.

Tu pleures de malheur en attendant la prochaine heure de ton bonheur.

-----------------

Est-ce qu'une auto-explication de texte viendrait tuer toute la splendeur de ce que je viens d'écrire?
Oui ce soir "20:56 03/08/2009" je suis satisfait de mon travail. C'est pas tous les jours, mais il faut croire que j'ai un tas de choses en tête qui m'aident à pondre ce genre de chef d'oeuvre.Ce bonheur est-il une chose particulière? Ou un groupement de choses que je peux avoir ou non? Des choses qui m'ont effectivement rendu heureux, et d'autres qui le pourraient sans doute. Au final, qu'importe la réponse à cette question, mettre le doigt sur ce qui peut/a pu me rendre heureux n'aidera peut-être pas d'autres personnes à se retrouver dans ce bonheur. Car chacun à notre manière, nous avons notre moyen d'accéder au bonheur. On sait ce qui nous rend heureux et ce qui pourrait nous aider à être heureux.

Si ce n'est pas encore le cas, c'est que votre jeunesse freine cet accès au bonheur. Vous ne connaissez pas encore suffisamment le monde qui vous entoure pour y trouver votre petit coin de paradis. Et je crois que personne ne pourra jamais atteindre le bonheur ultime, celui qui dure et ne cesse jamais. Car il existe tellement de choses sur Terre qu'il faut connaitre pour y arriver, que personne ne pourra atteindre cet accomplissement parfait. Les efforts peuvent payer, peuvent aider au cheminement vers ce bonheur ultime (inatteignable, notez-le bien).
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 11:47
on sait tous ce que sont ces choses.
ce va et vient de lumière et d'obscurité.
ces moments intenses et heureux
contre ces incessantes minutes de désespoir.

Rien n'est plus possible.
Aucune alternative.
Survivre.

Tu ne te doutes pas un instant de ce qui pourrait réellement arriver alors que tu sais ce qui existe autour de toi.
Tu vis sans espoir, tes courts moments de bonheur viennent effacer ce qui au fond de toi, te révolte.
Tu sais, mais tu préfères nier. Tu te ments à toi-même. Pas par espoir, plutôt pour oublier que rien n'est plus possible.

Tu ne cherches même plus à combattre. Tu te complais dans les conneries que tu achètes. Tu contribues à détruire une possible alternative, tu le sais, mais au fond tu es persuadé que les autres sont tous puissants et qu'ainsi, il n'existe aucune alternative.

Ton égoisme m'empeche de vivre. Tu ne penses qu'à toi et qu'à tes proches. Je fais partie de ceux qui aimeraient pouvoir compter sur toi et se battre ensemble. Tu es un frein à tout ce qui est possible. En attendant que mes jours finissent, il ne me reste plus qu'à survivre.
Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 17:26
Chercheur de bonheur

"Si la lumière de tes yeux s'éteignait, dans l'obscurité le monde s'endormirait.
Si ta soyeuse chevelure disparaissait, le monde suffoquerait.
Si la douceur de ton sourire s'effaçait, dans ce monde je ne survivrais.
"

En ces temps de malheur, il t'offre cette rose qui pleure.
Il partage toute sa douleur ainsi que toutes ses peurs.

S'il se relève un jour, pense à lui dire que toujours
Tu n'as révé que d'une chose, c'est de toucher à ses proses.

Il pense à tes yeux et à tes cheveux.
Il pense à ton rire qui lui fait plaisir.

N'oublie pas de lui offrir un dernier sourire
Et si tu pouvais l'accompagner d'un regard volé
Tu le délivreras de son mauvais chacras.
Partager cet article
Repost0