Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 00:40
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus
La République du Bélarus

C'est quand même assez "marrant" de se dire qu'il y a dix ans et quelques mois j'écrivais mon tout premier article sur le Bélarus! (à trouver sur mon premier blog: http://matt54.over-blog.net/article-27380880.html )

Déjà, oui, je pense à mon humble avis qu'il est plus approprié de dire Bélarus et non Biélorussie qui prête trop à confusion. (à lire sur le blog d'une Bélarussienne: https://interviewsculture.wordpress.com/2013/08/14/belarus-ou-bielorussie/ )
Elle nous explique que la Biélorussie était la république soviétique socialiste membre de l'URSS mais que son nom a bien évidemment changé pour devenir la république du Bélarus, ou plus simplement, le Bélarus (comme aux JO!)

Et ça, je peux vous l'affirmer, puisqu'en ce moment-même, je suis à Minsk, la capitale de ce pays que j'ai beaucoup décrié depuis ces 10 ans.
Je ne vais pas refaire la politique de ce pays. Alexandre Loukachenko (je change l'orthographe de son nom sans le T que j'ajoutais avant bêtement) est toujours le président de cette république. Il existe plusieurs raisons à cela, mais la principale reste celle que j'ai déjà dénoncée maintes fois (si vous êtes curieux, je vous renvoie à mes articles (comme celui-ci: http://matt54.over-blog.net/article-27381002.html du 6 mai 2006!!)

Pour entrer dans le pays, il m'a fallu obtenir un visa. Ayant ma belle-famille à Minsk, cela a été très simple et très rapide (même pas une semaine en envoyant mon passeport par la poste! oulala!). Pour passer la frontière (à Brest, au Bélarus), il vaut mieux parler russe! Epaulé par ma moitié, c'était plutôt simple même s'il aurait fallu que je me procure une "carte de migration" pour y indiquer mes dates de séjour (en plus du visa) et y faire apposer un tampon dans un bureau du type "préfecture" après avoir payé une quittance (peu élevée). C'est pas la mer à boire mais il faut passer plus d'une heure dans ce lieu pour attendre son tour...

Après cela, on découvre le rouble bélarussien! Surtout que la monnaie a changé cet été (2016), on a retiré quatre 0 à l'ancien rouble. 10 000 deviennent donc 1. Gros changement pour les autochtones, double devise pour les touristes... Bref, c'est assez amusant selon moi (surtout qu'un rouble vaut un peu moins de 50 centimes d'euro)

Pour voyager à Minsk, il faut savoir parler russe où être bien accompagné! Le métro ne parle pas anglais (ni allemand, ni français, ni chinois) et parfois il parle même le biélorusse (oui, pour la langue c'est bien ce terme, j'ai vérifié!). Avoir des notions en cyrillique me permet petit à petit de mieux percevoir certains éléments quotidiens, et je progresse dans ma compréhension, c'est une certitude!
En revanche, vous y verrez des voitures comme les nôtres (quoiqu'une Logan, une Sandero ou un Duster siglés Renault, une Peugeot 206 berline,...) quelques américaines qu'on ne voit que très rarement en France (mais n'oublions pas que nous sommes dans une grosse capitale avec une population supérieure à 2 millions d'habitans!).

Des McDo, des KFC, des Burger King,...
Des enseignes de magasins de grande, moyenne et petite surface qui pourraient nous faire penser à des Carrefour et compagnie (même propreté et type de rangement de rayons).
Des pharmacies vertes, des coiffeurs avec des images comme chez nous (pour les jeux de mots à base de "tif", je ne pense pas), des opticiens avec tous types de marques (du Guess et du "sans-marque"), des centre-commerciaux comme on connait chez nous avec de grosses marques (Mango, Desigual, Yves Rocher, Naf Naf...), des restaurants, des cafés,...
Bref, une vie active comme on la connait.

La ville de Minsk se résume par ses nombreux immeubles d'environ 9 étages, ses avenues longues et larges que le piéton traverse par des tunnels par moment (souvent reliés au métro) mais avec des feux assez bien élaborés (compte à rebours et clignottement). Le cycliste est assez bien perçu avec ses bandes cyclables sur les trottoirs. Les usagers des bus, trolleybus et tramways peuvent être contents du nombres de lignes, peut-être aussi de la fréquence (à ce que j'ai pu voir) bien que l'état des bus soit parfois à revoir (jamais l'horreur comme dans le métro parisien pour autant). Le métro: il existera bientôt 3 lignes dont 2 sont fonctionnelles. Il est vraiment très propre, stations, tunnels et rames!

C'est avec le métro que la tournure de cet article va légèrement changer. Le métro de Minsk, construit en 1977, présente encore quelques traces du passé soviétique. Il est très propre car aux entrées, un agent fouille les gros sacs à dos (au scanner). Le système de tourniquet est infranchissable sans se faire voir des agents contrôleurs. Difficile donc aux personnes sans le sou de voyager (pas de mandiants, ni de personnes sales, pas de chewing gum au sol,...).
Certaines stations, un peu à la wannabee (want to be) moscovite, sont ornées de décorations qui les rendent uniques. La plupart du temps, des affichettes indiquent l'interdiction de prendre des photos dans le métro. J'ai pourtant bravé cet interdit car certains éléments en valent la peine!

Partout, on peut voir des faucilles et des marteaux orner certaines façades. Les places de l'indépendance ou Lénine sont aussi des immanquables de ce passé encore présent... Déjà dans le patrimoine. On observe aussi des batiments imposants. Pas toujours intéressants au niveau de l'architecture, mais vraiment impressionnant par leur lourdeur. C'est du massif!
Et comme je disais plus haut, les avenues longues et larges me font penser à ce que j'imaginais en voyant certaines images représentants l'URSS lors des cours d'histoire. Je me trompais peut-être de faire ce lien, mais c'est mon impression.
Et puis ces immeubles... on ne voit que ça. Leur style est plus récent que ce que l'on peut voir à Paris par exemple, c'est sans doute cela qui me marque le plus. Ces immeubles datent sans doute pour la plupart de cette époque soviétique. Les plus récents se démarquent de ce style en revanche.

Et pour redonner une touche européenne à cette capitale de l'est, venons-en aux nombreux parcs! Ils sont vraiment agréables, pleins de verdures, fleuris avec parcimonie. On trouve parfois des fêtes foraines permanentes qui les rendent encore plus attractifs pour la population. Ils me font penser à ce que j'ai pu voir à Berlin ou à Hambourg, ou même à Stockholm.

Le Bélarus est un pays qui a mal politiquement, très certainement économiquement pour une grande majorité de la population. On y voit des vestiges d'un autre temps et ceux bien actuels. Bref, un pays qui connait une certaine évolution. A son propre rythme. Il vaut absolument la peine d'être vu au même titre que la Pologne (me semble-t-il car je ne la connais qu'à travers les vitres nocturnes du bus qui nous a conduit ici). Pour nous autres Européens de l'Ouest, nous avons vraiment les moyens de visiter ce pays. Pensez juste à contacter l'ambassade de France au Bélarus afin de vous épauler dans vos démarches de visa (oui, oui tout est possible).

Chers lecteurs, ne vous inquiétez pas, la politique, je ne l'oublie pas, mais en tant que touriste, sur place, je garde mes opinions pour moi. Loin de moi l'idée d'arriver en inquisiteur mais plutôt comme visiteur.
 

Repost 0